© 2021, Cédric Menard

Edition : BoD - Books on Demand
12/14 rond-point des Champs Elysées, 75008 Paris
Imprimé par Books on Demand GmbH, Norderstedt, Allemagne
ISBN : 9782322414925
Dépôt légal : mai 2021

Articles L122-4 et L-122-5 : toutes reproductions écrites, toutes impressions, toutes mises en ligne sur Internet d’une ou plusieurs pages de cet ouvrage, à usage à titre professionnel ou privé, est strictement interdit sans accord de l’auteur, conformément à la législation en vigueur, le cas échéant, des poursuites pénales seront engagés contre tous contrevenants.

Crédit photo de la couverture : 123.RF

Bonjour et merci infiniment de votre confiance.

Vous avez acheté cet ouvrage afin de résoudre vos problèmes de pancréatite, et sachez que j’ai tout fait, dans l’écriture de celui-ci, pour vous apporter un maximum de confort et de réconfort sur le plan diététique, mais également de satisfaction. Lisez et suivez attentivement les conseils de cet ouvrage et vous obtiendrez satisfaction. Je vous conseille de vous procurer également mon ouvrage « Quelle alimentation pour la pancréatite ? » afin d’optimiser fortement vos chances de réussite. Vous êtes important(e) à mes yeux. J’ai écrit ces ouvrages pour vous aider du mieux de mes capacités. Merci.

Je m’appelle MENARD Cédric, et je suis diététicien-nutritionniste diplômé d’Etat. J’ai effectué une partie de mes études de diététique au sein de l’hôpital psychiatrique de Picauville, ainsi qu’aux services de néphrologie et de gastro-entérologie au C.H.U de Rennes. Une fois diplômé, je me suis installé comme diététicien-nutritionniste en profession libérale en 2008. J’ai profité de mes premiers mois d’installation pour me spécialiser en micronutrition, et fus diplômé du Collège Européen Nutrition Traitement Obésité (CENTO) en 2009.

Attention : cet ouvrage n’est pas adapté à la perte de poids. Il fut élaboré pour vous apporter une réponse diététique adaptée à chacune et à chacun d’entre vous, en cas de pancréatite, quelles qu’en soient les causes. Cet ouvrage est parfaitement adapté à l’ouvrage de référence du même auteur : « Quelle alimentation pour la pancréatite ? » Cet ouvrage n’est cependant pas adapté à de quelconques intolérances ou allergies alimentaires : il vous appartiendra donc d’être vigilant(e) dans l’application des menus de proposés, et d’y faire, le cas échéant, une sélection alimentaire appropriée, notamment, par exemple, en cas d’intolérance au lactose.

Mon site Internet : www.cedricmenardnutritionniste.com

Sommaire

La pancréatite

La pancréatite est une maladie inflammatoire du pancréas.

La pancréatite chronique se caractérise par la formation de calcifications dans le corps pancréatique. Elle évolue en trois phases, durant chacune cinq ans environ : d'abord par poussées douloureuses, souvent déclenchées par un excès alimentaire ; puis complications à type de pseudo-kyste, avec possibilité d'ictère, d'hypertension portale, de compression digestive, ou de douleurs chroniques ; enfin destruction du parenchyme pancréatique avec insuffisance pancréatique exocrine et diabète.

Les causes ou facteurs favorisants les plus fréquents de pancréatite chronique sont :

- L'alcoolisme chronique. Cependant, seuls 10 % des alcooliques chroniques développent cette maladie.

- L’hyperparathyroïdie.

- Des anomalies génétiques.

- Des conséquences de la radiothérapie.

- Des formes auto-immunes.

Enfin, dans certains cas, aucune cause connue n'est retrouvée dans un certain pourcentage des cas (formes idiopathiques).

PRESENTATION DES
FAMILLES ALIMENTAIRES

Les matières grasses

Les matières grasses regroupent les matières grasses d’origine animale, qui sont sources d’acides gras saturés, de cholestérol et pour certaines de vitamine D, et les matières grasses d’origine végétale, qui sont sources d’acides gras insaturés (oméga 3, 6 et 9), de vitamines A, K et E. Cependant, les huiles de palme et de coprah, (que l’on retrouve désormais pratiquement partout), apportent des acides gras « saturés » qui sont réputés pour être très athérogènes (qui bouchent les artères), d’où leur très mauvaise réputation nutritionnelle bien méritée. Parmi les matières grasses animales, nous pouvons citer : le beurre (doux et demi-sel) à 82% de matières grasses ou allégé, le saindoux, la graisse de canard, la graisse d’oie, mais également la fameuse huile de foie de morue... et parmi les matières grasses végétales, nous citerons : les huiles végétales, les pains de végétaline et les margarines végétales (certaines sont salées, d’autres non). Il existe des « matières grasses composées » qui sont constituées par un mélange de graisses animales et de graisses végétales. La crème fraîche sera étudiée au sein des produits laitiers. Les matières grasses végétales notamment, sont très importantes pour l’équilibre nutritionnel (sauf les huiles de palme et de coprah). Cependant, elles doivent être consommées en quantités modérées. Environ 12g de beurre sont conseillés quotidiennement (un micropain), mais vous pouvez également consommer de la margarine végétale de qualité (St Hubert oméga 3 sans huile de palme par exemple), dans les mêmes quantités si vous le désirez. L’huile végétale joue également un rôle important, aucun choix de particulier ne sera effectué, cependant, je vous conseille, dans tous les cas, de l’huile

d’olive extra vierge pour la cuisson et de l’huile de noix pour l’assaisonnement. En effet, ces deux huiles végétales combinées dans votre alimentation, sont un excellent compromis au niveau des acides gras polyinsaturés qu’elles apportent (oméga 3, 6 et 9), et qui sont indispensables pour le bon fonctionnement de l’organisme. L’huile de colza, l’huile de pépin de raisin... sont également très intéressantes.

A savoir : méfiez-vous de l’hypocrisie de très nombreuses margarines végétales (surtout celles à bas prix), qui vous vantent leurs bienfaits nutritionnels sur le cholestérol. La plupart du temps, celles-ci sont riches en huile de palme et/ou en huile de coprah, qui ne fait qu’exacerber l’effet néfaste du cholestérol en excès sur vos artères (athérosclérose) !

Au regard de votre pancréatite, les matières grasses seront apportées en quantités modérées tout en évitant les acides gras saturés (beurre, crème fraîche, gras des viandes, saindoux, etc...), et en privilégiant les huiles végétales. Pas de graisse cuite, en effet, celles-ci sont fortement susceptibles d’encourager vos douleurs pancréatiques.

1. Le métabolisme a besoin des apports vitaminiques d’un minimum de 10g d’huile végétale par jour (une cuillère à soupe). Il ne faut pas en priver votre organisme, cet apport est indispensable.

2. Le métabolisme a également besoin des apports vitaminiques d’un minimum de 10g de beurre doux par jour (une cuillère à soupe rase ou la valeur d’un micropain de beurre vendu dans le commerce, de la taille d’un domino, il est également distribué dans les restaurants et les hôtels). Il ne faut pas en priver votre organisme, cet apport est indispensable.

3. Le beurre d’été ainsi que la crème fraîche d’été sont plus riches en vitamines, que le beurre et la crème fraîche d’hiver.

4. Les matières grasses ne font pas grossir, si celles-ci sont consommées dans des quantités raisonnables, et si celles-ci sont bien réparties au cours des trois repas principaux de la journée.

5. Je vous conseille l’huile d’olive extra-vierge (notamment pour la cuisson), et l’huile de noix en alternance avec de l’huile de germe de blé (pour l’assaisonnement).

6. Je vous déconseille de consommer plus de deux cuillères à soupe de matières grasses au total au cours vos déjeuners, et pas plus d’une au cours de vos dîners. Ne pas les consommer cuites (sauf avec les légumes verts si vous désirez les cuisiner).

7. L’huile de germe de blé est exceptionnellement riche en vitamine E.

8. Il sera très intéressant de faire un mélange pour moitié avec de l’huile de noix, et pour l’autre moitié avec de l’huile de germe de blé pour vos vinaigrettes.

9. Il est tout à fait possible, et même très vivement conseillé, de consommer des beurres allégés ou des margarines végétales allégées en matières grasses, mais toujours dans des quantités modérées bien entendu. Cependant, sachez que la matière grasse allégée sera, dans ce cas, également allégée en vitamines.

10. Vous pouvez couper vos vinaigrettes avec de l’eau (pour moitié), elles seront alors beaucoup plus digeste, et le goût sera quasiment le même. (Méthode très vivement conseillée).

11. Attention à la crème fraîche, notamment entière (qui sera étudiée au sein des produits laitiers), qui est une source alimentaire très importante en matières grasses, et notamment en acides gras saturés qui ne font pas bon ménage avec la pancréatite.

12. Ne cuisinez surtout pas dans le beurre (ni doux, ni demi-sel) ou dans la margarine végétale. Privilégiez plutôt la cuisson dans l’huile d’olive extra-vierge (mais pas pour les produits carnés), uniquement pour les légumes verts.

13. L’huile d’olive extra-vierge, consommée crue ou cuite (cependant pas de cuisson d’aliments carnés dans l’huile d’olive), ne pose aucun problème mais dans des quantités très modérées.

14. Ne pas consommer des frites cuites dans la friture. Consommez-les plutôt cuites au four avec modération et non salées.

15. La mayonnaise, au regard de la quantité importante d’huile végétale qui la compose, est considérée comme un produit gras. Il est hautement profitable d’éviter d’en consommer.

16. Les matières grasses composées sont des composés gras qui ne peuvent être ni dénommés comme beurre, ni comme margarine végétale. Elles peuvent être issues d’un mélange de matières grasses laitières avec des matières grasses végétales. Les remarques nutritionnelles à leur sujet sont identiques à celles concernant le beurre ou la margarine végétale.

17. Ne consommez aucune friture : frites, beignet, nem, samoussa...

18. Ne surtout pas associer des matières grasses avec un produit sucré, comme par exemple, du beurre avec de la confiture (sur du pain par exemple...)

19. Restez toujours vigilant(e) au regard de l’huile de palme et de tous les produits alimentaires qui en contiennent. Privilégiez toujours les aliments qui indiquent sur leur emballage « sans huile de palme ».

20. Mettre un peu de beurre cru (ou huile ou margarine) à fondre sur des pâtes (ou autres...) ne posera pas de problème (le beurre ne cuit pas, mais il fond), à la condition que la quantité de matières grasses soit très modérée.

N’oubliez pas : les matières grasses seront vos pires ennemies nutritionnelles si vous ne contrôlez pas leurs apports avec forte rigueur : consommez celles-ci dans des quantités très limitées, mais surtout ces matières grasses ne doivent pas être consommées cuites. Souvenez-vous également que celles-ci sont importantes dans votre équilibre nutritionnel, et qu’il ne faut pas en priver votre métabolisme.

Quelques vinaigrettes allégées

Vinaigrette allégée : une part d’huile végétale, un quart de part de vinaigre, arôme saveur (du genre Viandox), et la moitié du volume total en eau, sel, poivre.

Vinaigrette sauce yaourt : un yaourt maigre nature non sucré, fines herbes au choix, une cuillère à café de vinaigre, sel et poivre.

Vinaigrette sauce fromage blanc :